• missions3
  • missions1
  • missions1
  • missions3
  • missions2
  • missions2

Libre propos de Luc Guyau, Président d'ECFM France

Développer le "plaidoyer", l'information, la formation et la concertation

Luc Guyau

Ce mois d’octobre voit se succéder les journées mondiales du refus de l’alimentation (le 16 octobre), puis de la misère et de la pauvreté (le 17 octobre).
L’actualité nationale et internationale, très dense, occulte par son intensité, les questions de pauvreté, de faim et de malnutrition et pourtant près de nous (y compris en France et pour plus de 15 millions d'européens) la situation est difficile et précaire. Aux portes de l'Europe à l’est et au sud les conflits augmentent les situations de faim et de malnutrition qui concernent aujourd'hui encore plus de 800 millions de personnes dont beaucoup d'enfants, qui s'ils n'en meurent pas tous, sont marqués pour toujours par cette tragique situation.

Les associations caritatives et humanitaires mobilisent de nombreux bénévoles qui sans relâche travaillent et agissent souvent dans un contexte très difficile ou dans l'ombre ou l'indifférence en France ou dans le Monde.
Cette situation est intolérable aujourd'hui au 21ieme siècle malgré les apports de nourriture, d'aide au développement pour redonner de "l'humanité" à tous.
Notre association nouvellement créée, l'ECFM (Ensemble Contre la Faim et la Malnutrition), en lien avec des associations similaires dans plus de 50 Pays et avec les organisations de l'ONU (Organisation des Nations Unies), la FAO (Food and Agriculture Organisation), le PAM (Programme Alimentaire Mondial), le FIDA (Fond International de Développement), veut développer le "plaidoyer", l'information, la formation et la concertation pour éviter le pire dans ces situations, c'est-à-dire la "banalisation" l'oubli, le laisser faire, voire encore plus grave, le sentiment que l'on ne peut rien faire.

"Faim Zéro"

C'est de notre attitude, à chacun de nous que peut naître l'espoir d'un meilleur équilibre alimentaire de la planète. La maîtrise des pertes et du gaspillage, de vraies politiques agricoles et alimentaires dans tous les Pays et au niveau international doivent concourir à éradiquer la Faim et la Malnutrition et atteindre la "Faim Zéro".
C'est un objectif ambitieux, il ne peut être partiel ni remis aux calendes grecques. Il en va de l'avenir de millions de personnes et de l'Humanité toute entière.
Notre comportement avec l'alimentation s’est progressivement dégradé et la notion de sécurité alimentaire a perdu son sens dans les Pays de l'OCDE. Plus d'un milliard d’humains sont "trop nourris" alors qu’un autre milliard souffre de dénutrition ou de malnutrition. Un enfant meurt de faim toutes les 6 secondes et beaucoup d'autres garderons des séquelles à vie. Le droit à l'alimentation ne doit pas être un vain mot ni rester lettre morte, il a été accepté à l'a unanimité en 2004 à la FAO, tous les Pays doivent le mettre en oeuvre.

Semer pour un jour récolter

L'ECFM veut agir auprès de toutes les populations, directement ou en lien avec les différentes associations pour garder en permanence l’attention de tous, même après que les médias s'arrêtent d'en parler. Après les quelques jours suivant une catastrophe, la télévision s’éteint mais les enfants continuent de mourir. Nous avons le désir et la mission de lutter contre l'oubli.
Le combat sera long et difficile mais comme le Paysan qui met la graine en terre fait un acte de foi et d'espérance, nous devons semer voire ressemer pour un jour récolter. Chacun doit apporter sa part à cette lutte contre la pauvreté la faim et la malnutrition. Il n'y a pas de petites actions, nous avons besoin de vous tous.